Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Groupe de Reflexion et d'Action pour le Tchad
"Un blog Indépendant qui va au délà de l'actualité"

Tel: 00221 77 545 27 63/ kodjeteke@yahoo.fr /grattchad@yahoo.fr

                                             « Informer sans tabous et sans mensonges »

Présentation

  • : Evariste D. KONE
  • Evariste D. KONE
  • : "Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire" Voltaire
  • Contact

Tchad mon Pays!

 

 

indépendance

 

Entre Nous

 

 

Merci à notre ami et confrère ABDU DIA qui a assuré l’intérim pendant notre absence…

Merci aussi à Melle Geraldine Faye pour ses contributions et son appui à Abdu DIA.

Confraternellement

 


Pages

19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 10:34

Obama à dkrTalonnée par la Chine, dépassée par les printemps arabes, l'Amérique de Barack Obama voit son étoile pâlir à l'international. Héritier des deux guerres de George W. Bush, l'actuel président semble choisir l'isolationnisme. Un manque d'ambitions diplomatiques et de visées mondiales qui, après la visite du président français aux Etats-Unis, donne l'impression d'une diplomatie américaine aux abonnés absents.

  «Le grand retour de l'Amérique», s'enthousiasmait il y a peu le journal le Monde. C'est à vrai dire l'état de son économie qui rassurait ainsi le quotidien du soir, laquelle n'a effectivement jamais semblé aussi prometteuse depuis la crise financière de 2008 : 3,2 % de croissance au dernier trimestre de 2013, presque 2 % sur l'année, des créations d'emplois à la pelle et une difficile mais continue décrue du chômage. America is back ? Soit, mais pas son président, dont la popularité reste historiquement à marée basse depuis des mois, moins de 40 % de satisfaits au fil des sondages. Et ce n'est certainement pas sa politique étrangère qui lui permettra de rebondir, vilipendée de toutes parts, perçue dans de nombreuses chancelleries comme erratique et trop étroitement calée sur les attentes supposées, et par nature changeantes, de l'opinion publique.

Exercice comptable


L'immense majorité des 319 millions d'Américains n'accorde généralement, croit-on, qu'un médiocre intérêt à la gestion des affaires du monde. Il en va effectivement ainsi lors des grandes campagnes électorales, pour la présidence ou, comme ce sera le cas en novembre prochain, lors du renouvellement partiel (élections de mi-mandat) du Congrès et du Sénat. C'est moins vrai quand celle-ci affecte directement leurs existences et, accessoirement, l'image du pays. La longue litanie des boys tombés au front fut, parmi d'autres contraintes politiques et stratégiques, une des raisons de la fin de la guerre du Vietnam. Barack Obama a repris l'argument à son compte pour justifier le retrait de son armée en Irak et en Afghanistan, et le Monde lui donne d'ailleurs aimablement quitus d'avoir sorti le pays de «deux guerres perdues héritées du siècle dernier». Moins de soldats tués (4 400 tout de même en Irak, 2 300 en Afghanistan), moins d'argent dépensé, moins d'impôts fédéraux à payer. Qui pourrait avoir à y redire alors que le refus de la guerre a soudé des générations successives de pacifistes, d'«anti-impérialistes» et autant de partisans du «splendide isolement», version bannière étoilée ? Mais est-ce vraiment une politique ou un exercice de comptabilité ?

En accédant à la fonction suprême en 2008, Barack Obama s'était promis de marquer fortement sa différence avec son prédécesseur chaperonné et inspiré par les théories fumeuses des néoconservateurs, impérialement convaincus que l'«effet domino» permettrait de «démocratiser» tout l'espace moyen-oriental à partir de la chute de Saddam Hussein. On sait le sort que la réalité a réservé à ce projet réalisé au prix du mensonge et de la falsification : une nuit sans fin pour le peuple irakien, ballotté dans les conflits tribaux, les attentats d'Al-Qaida, la guerre pour le pouvoir et la suprématie idéologique et confessionnelle entre chiites et sunnites, laquelle, loin de se limiter au sol de l'ancienne Mésopotamie, s'est désormais étendue à toute la région. Alors qu'il en avait fait une promesse à dénouement rapide lors de sa campagne de 2008, et qu'il fut par le passé un détracteur acharné de l'intervention américaine, Obama attendra la fin 2011, avec sa campagne de réélection en ligne de mire, pour concrétiser le retour des 39 000 soldats encore sur place. Il fallait donner du temps au temps et laisser à son administration celui de prendre la mesure du désastre, diront ceux qui veulent excuser un aussi long retard. Le retrait fut en tout cas tout sauf glorieux puisque Obama ne réussit jamais à imposer à l'intransigeant Premier ministre Nouri al-Maliki, sous influence iranienne, la présence de quelques milliers d'instructeurs pour préparer «l'après».


Pour beaucoup, le dossier irakien illustre assez bien la méthode, ou ce qui en tient lieu, et le style du locataire de la Maison-Blanche : tout dans le speech et beaucoup de flou dans le service après-vente. «Nous laissons derrière nous un Etat souverain, stable, autosuffisant, avec un gouvernement représentatif qui a été élu par son peuple», déclarait-il ainsi en décembre 2011, tout en vantant «l'énorme potentiel» d'un Irak «qui se gouverne tout seul...» Les paroles s'envolent, les écrits restent. Problème : il faut les chercher à la lampe torche pour comprendre où conduit la doctrine Obama, pour autant qu'il y en ait une. En Afghanistan ? Autre conflit, commencé en 2003, à une époque où il n'était encore qu'un jeune sénateur ambitieux mais encore pratiquement inconnu. Pourtant, une fois au pouvoir, il choisit de s'impliquer totalement dans cette «guerre nécessaire» (contre le terrorisme) et de cesser «la guerre choisie» (l'Irak.) Selon le New York Times, de 15 milliards de dollars au début des opérations, sous l'ère Bush, les dépenses (financées par l'impôt) sont alors passées à plus de 100 milliards en 2011, avant qu'un déficit budgétaire record ne sonne la fin de partie et le rapatriement complet des 66 000 soldats d'ici à la fin 2014. Bilan : «une débâcle, le Vietnam d'Obama», à en croire Foreign Policy. Pour cette revue, propriété du Washington Post, la situation du pays, loin de s'être améliorée, interdit le triomphalisme, comme en Irak : la sécurité ne cesse de se dégrader dans les provinces comme à Kaboul et, incapable d'incarner un sentiment d'unité nationale, le président afghan Hamid Karzaï ne représente que lui-même et quelques chefs de clan peu recommandables. Quant au retour des talibans dans l'espace politique, il semble désormais inévitable, et Habib Haider, de la revue les Nouvelles d'Afghanistan, voit là un «mauvais présage», la promesse peut-être d'une «nouvelle guerre civile entre Afghans, mais aussi une guerre régionale où tous les voisins de l'Afghanistan risquent de s'embraser»…………Marianne

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Evariste Koné D. - dans politique Afrique et Monde
commenter cet article

commentaires