Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Groupe de Reflexion et d'Action pour le Tchad
"Un blog Indépendant qui va au délà de l'actualité"

Tel: 00221 77 545 27 63/ kodjeteke@yahoo.fr /grattchad@yahoo.fr

                                             « Informer sans tabous et sans mensonges »

Présentation

  • : Evariste D. KONE
  • Evariste D. KONE
  • : "Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire" Voltaire
  • Contact

Tchad mon Pays!

 

 

indépendance

 

Entre Nous

 

 

Merci à notre ami et confrère ABDU DIA qui a assuré l’intérim pendant notre absence…

Merci aussi à Melle Geraldine Faye pour ses contributions et son appui à Abdu DIA.

Confraternellement

 


Pages

15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 11:48

Boko Haram

Née dans le nord-est du Nigéria avec une farouche volonté de convertir à une idéologie religieuse fondamentaliste, la secte Boko Haram est devenue un mouvement transnational qui s’est associé à la nébuleuse d’Al-Qaïda pour parvenir à ses fins. En employant les méthodes qu’elle condamne.

 Le bilan de la terreur attribuée à la secte Boko Haram s'alourdit. Lundi 14 avril, un violent attentat a frappé une gare routière proche de la capitale, causant la mort d'au moins 71 personnes. Ce drame est le dernier d'une longue série de violences meurtrières dont le rythme s'est récemment accéléré. La première semaine de Mars : le 1er, un double attentat massacrait vingt-neuf civils en pleine rue à Maiduguri, la principale ville à l’extrême nord-est, puis les équipes médicales venues au secours des survivants. Peu après, une attaque tuait trente-neuf personnes à 50 km à l’ouest de Maiduguri. Le 2 Mars, un groupe d’islamistes armés s’introduisait au Cameroun et affrontait l’armée. Résultat : sept morts, dont six membres du groupe. Depuis 2009, ce sont quelque 4 500 nigérians qui ont perdu la vie.

Le "réseau" Boko Haram 

Le gouvernement a lancé, en 2013, une vaste offensive contre Boko Haram, mais sans succès : les moyens mis en place, bien que très lourds –aviation et blindés –, ont été insuffisants pour venir à bout des terroristes. Que faire ? Une réflexion globale est menée par les spécialistes sur le caractère transnational de ce qu’il convient d’appeler désormais le « réseau » Boko Haram, qui expliquerait en partie l’abondance de moyens militaires à sa disposition. Plusieurs entités sont en effet à l’oeuvre dans la zone sahélo-saharienne, composées d’individus souvent issus de pays hors d’Afrique (Yémen, Arabie Saoudite…), et dont la radicalisation représente une menace de plus en plus importante pour le Nigeria et ses voisins. Il devient donc capital d’identifier ces différents groupes et de les qualifier, pour les infiltrer éventuellement, mais surtout pour tenter d’anticiper leurs actions. La répression semble être le moins bon des moyens de lutter, le coup de pied dans la fourmilière n’ayant jamais fait que disperser les fourmis.

Une mouvement transnational 

Boko Haram était à l’origine – au début des années 2000 – une simple secte fondamentaliste nigériane opérant à l’intérieur des frontières. Aujourd’hui, les chercheurs comme les hommes politiques affirment qu’elle est capable d’orchestrer des opérations transnationales en raison des liens qu’elle a su créer avec la nébuleuse Al-Qaïda. Au point que, comme l’indique le chercheur Benjamin S. Eveslage dans son article publié par la revue "Perspectives on terrorism" début novembre 2013 : « Les rapports de la Chambre des représentants américaine et le Comité sur la défense et la sécurité britannique ont conclu que Boko Haram représentait désormais une menace croissante pour les États-Unis et le Royaume-Uni . » Une terminologie qui permet à ces deux pays d’agir directement et militairement contre cette cible. Mais peuvent- ils être plus efficaces que les nigérians eux-mêmes ? En raison des frontières poreuses et des découpages coloniaux peu soucieux de préserver l’intégrité des communautés, Boko Haram n’a eu aucun mal à devenir un mouvement transnational. Dans certaines régions isolées, la limite entre un pays et un autre est une notion purement administrative, sans aucune matérialisation sur le terrain. Éventuellement trouve-t-on parfois entre le Nigeria et le Cameroun, au hasard d’une piste, une vague chaîne en travers de la route et un garde isolé, assis sur une chaise devant une table en bois. La secte est née à Maiduguri, dans l’État de Borno voisine du Tchad, du Niger et du Cameroun, et où vit une population de langue haoussa.

Les liens linguistiques et culturels transcendent toute idée de nation et le sentiment national est relativement peu marqué. On appartient à une famille, à un village, à une communauté, mais l’État est loin et la langue du colonisateur, qui aurait pu être un marqueur de la différence entre un Nigérian et un Tchadien, n’est parlée par pratiquement personne sur le terrain. À l’opposé, certains des chefs actuels de Boko Haram sont nés à l’étranger ou ont résidé à l’extérieur pendant plusieurs années, ce qui accentue leur côté allogène, mais constitue aussi autant de possibilités de liens extranationaux parfois fort éloignés de leur zone d’activité. Lorsqu’il s’agit de trouver un refuge sûr, de faire une tractation concernant des armes ou des hommes, des amis au Pakistan ou dans les pays arabes se révèlent précieux. Enfin, Boko Haram se déploie dans la zone que les organismes internationaux nomment désormais « l’arc d’instabilité  », qui s’étend sur tout le Sahara, de l’océan Atlantique à l’océan Indien : une bande désertique immense, dans laquelle aucune frontière ne saurait être garantie et où l’État – quel qu’il soit puisque, on l’a vu, même l’Algérie s’est laissée surprendre à In Amenas – a bien du mal à assurer sa présence. C’est en ce sein que prospèrent les groupes djihadistes de tout acabit. Les plus forts proposent alors aux plus faibles – souvent plus discrets et mieux implantés – des collaborations qui peuvent se traduire par une capacité décuplée à lancer des attaques terroristes contre les intérêts internationaux.

La Libye, mais pas seulement… 

L’effondrement de la Libye du colonel Kadhafi a été le catalyseur de forces déjà présentes dans cette région mais qui, d’un coup, ont vu s’ouvrir devant elles une aubaine extraordinaire en matière de fourniture d’armes et de munitions, mais également de recrutement. Des combattants expérimentés, formés à l’action, mais aussi à la réflexion, se trouvaient « sans emploi » et prêts à n’importe quel engagement qui leur rapporte un peu d’argent. Les hommes du désert que le Guide utilisait pour lutter contre les migrants se sont volontiers repliés vers le sud, vers les régions dont ils étaient originaires ou qu’ils connaissaient bien. Ils sont rentrés chez eux, où ils ont trouvé une situation politique et sociale très détériorée.

Dans le nord du Mali, le déclencheur de la révolte n’a pas été l’afflux d’armes, mais bien l’absence de l’État, le faible niveau de développement, la famine parfois et la désertification contre laquelle il devenait impossible de lutter faute de moyens. Avoir compris et utilisé cette situation a été le coup de maître des islamistes extrémistes. Les populations locales ont succombé au chant de sirènes voilées de chèches qui ont prétendu avec force soutenir leurs intérêts tout en moralisant une vie publique que les trafics et contrebandes en tout genre avaient rendue, effectivement, quelque peu relâchée. Un leurre, puisqu’une bonne partie de ces activités illégales ont été reprises par les nouveaux « maîtres » de la région. C’est ce procédé qu’a utilisé Boko Haram, lui aussi infiltré et idéologiquement travaillé par des éléments exogènes radicaux venus du nord. La chaîne de la propagande a parfaitement fonctionné.

Une lutte religieuse 

Benjamin Eveslage, dans son analyse, note un élément assez peu commenté : le fait qu’en Europe, on parle toujours de « Boko Haram », qui signifie globalement « l’éducation  [à l’occidentale] est un péché  » et dont la connotation idéologique anti-occidentale vient conforter la peur que le groupe inspire. Sur le terrain, les membres de la secte appellent leur organisation « Jama'atu Ahlul Sunnah Lidda'awati wal Jihad », qui veut dire quelque chose comme « passionnément déterminés à propager les enseignements du Prophète et le djihad  ». On a tendance à ne voir que les volets politiques et militaires de la présence de ce mouvement au Nigeria, mais il s’agit pourtant d’une lutte religieuse. Les leaders du groupe sont animés par une véritable volonté de convertir. Le nord-est du Nigeria, et plus exactement le pays haoussa, est musulman sunnite, profondément imprégné par les idées et l’oeuvre d’Usman Dan Fodio qui rêvait d’une société idéale, libre de l’oppression et de la perversion. Adepte du Djihad pour lutter contre les cités qui opprimaient les paysans, il est le fondateur de l’empire peul de Sokoto, un territoire s’étendant sur les actuels Nigeria, Cameroun, Tchad et Niger. Restent aujourd’hui des musulmans que l’on peut qualifier de « modérés » et de nombreux soufis. Ils n’ont rien à voir avec la pratique rigoureuse et fondamentaliste de l’islam prônée par les tenants de Boko Haram. C’est ce qui explique que le groupe soit à l’œuvre sur le plan national et s’autorise à attaquer des écoles, publiques ou privées. Faisant feu de tout bois, la secte a repris et utilisé pour son compte le sentiment d’abandon dans lequel se trouve la population. Elle a cristallisé le mécontentement sur l’Occident, considéré – avec ses institutions bancaires, ses impératifs parfois mal compris, parce que mal expliqués, de santé publique, de scolarisation, de recensement, etc. – comme le grand responsable de la déréliction, ressentie comme une injustice. L’amalgame avec l’idéologie salafiste est ainsi facile : les ancêtres vivaient mieux, leurs valeurs les protégeaient mieux, retournons à cette situation idéale… Contre ce qui est considéré comme une « post-colonisation », contre un monde globalisé qu’ils ne comprennent pas, mus davantage par la crainte d’une répression aveugle qui a fait des centaines de victimes – parfois par des bombardements aériens – que par celle des exactions de Boko Haram, les Haoussas du Nigeria enfourchent désormais le cheval de bataille tant redouté : celui de l’intégrisme.VT

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Evariste DJETEKE K. - dans politique Afrique et Monde
commenter cet article

commentaires