Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Groupe de Reflexion et d'Action pour le Tchad
"Un blog Indépendant qui va au délà de l'actualité"

Tel: 00221 77 545 27 63/ kodjeteke@yahoo.fr /grattchad@yahoo.fr

                                             « Informer sans tabous et sans mensonges »

Présentation

  • : Evariste D. KONE
  • Evariste D. KONE
  • : "Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire" Voltaire
  • Contact

Tchad mon Pays!

 

 

indépendance

 

Entre Nous

 

 

Merci à notre ami et confrère ABDU DIA qui a assuré l’intérim pendant notre absence…

Merci aussi à Melle Geraldine Faye pour ses contributions et son appui à Abdu DIA.

Confraternellement

 


Pages

6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 20:30

Sankara.jpg

 

L’ancien Président burkinabé, Thomas Sankara va-t-il être exhumé de là où il est inhumé ou son corps restera-t-il sur place? C’est la question qui est sur toutes les lèvres au Burkina Faso. Beaucoup pensaient avoir la réponse à leur questionnement ce mercredi mais cela n’a pas été le cas. Le verdict qui devait fixer les uns et les autres ce mercredi a finalement été renvoyé au 2 avril prochain. C’est la décision annoncée ce jour par les juges du Tribunal de Grande Instance de Ouagadougou. 

Depuis 2006 que le Comité des droits de l’homme de l’ONU a demandé à l’Etat burkinabé de faire la lumière sur l’assassinat de Thomas Sankara et de prouver le lieu de sa sépulcre.

En effet, les informations en provenance du Burkina Faso indiquent que la Chambre civile du Tribunal de grande instance de Ouagadougou, a demandé l’apport de cinq nouvelles pièces, dont des ordonnances, au dossier afin de pouvoir rendre sa décision en avril prochain. 

Une décision qui a mis dans tous ses états, Me Bénéendé Sankara, l’avocat des ayants-droits de l’ancien président bukinabé. «Ce n’est que du dilatoire», a déclaré l’homme de droit. Il ajoute que rien n’est sûr que le 2 avril verra une décision sur cette affaire qui dure depuis plusieurs années. 

Depuis 2006 que le Comité des droits de l’homme de l’ONU a demandé à l’Etat burkinabé de faire la lumière sur l’assassinat de Thomas Sankara et de prouver le lieu de sa sépulcre. Ses ayants droits avaient introduits une requête à la justice en 2010 dans le but de parvenir à une expertise de sa dépouille pour son identification. Mais c’est peine perdue jusque-là. 

L’ancien président burkinabé a été assassiné lors d’un coup d’Etat en 1987. Il aurait été enterré avec une dizaine de ses compagnons dans le cimetière de Dagnoên, un quartier périphérique de Ouagadougou. 

Ils sont nombreux à avoir essayé de se rendre au cimetière de Dagnoen, le lieu où se trouvent les tombes de Thomas Sankara et de ses compagnons. Il est revenu  que l’accès est actuellement interdit sans autorisation. Me Bénéwendé Sankara, avocat de la famille estime c’est «aberrant».  

Les témoignages ne manquent pas sur la question de l‘interdiction d’entrée au cimetière de Dagnoen, les journalistes surtout. Ils ont fait l’amère expérience de vouloir se rendre audit cimetière. Ils ont tout simplement été refoulés et renvoyés vers les autorités municipales afin de pouvoir avoir une autorisation. Le cimetière est gardé, c’est une certitude. 

 La tombe du président Thomas Sankara a été profanée à plusieurs reprises, là également c’est une certitude et les avocats de la famille avaient exigé que des mesures soient prises pour assurer la tranquillité dans les lieux. «On nous avait rassuré que des mesures seraient prises pour éviter cela», a confié Me Bénéwendé Sankara. Cela semble être une réalité aujourd’hui «mais de là à empêcher des amis du président Sankara et le peuple de façon générale d’aller s’incliner sur sa tombe, même si c’est une tombe supposée, pour moi, c’est une aberration et c’est même abominable»,  a ajouté Me Sankara.

Quant à la question de l’autorisation, Me Sankara dira que : «à ce que je sache,  la mairie ne gère pas les tombes.» En attendant, les avocats chercheront l’information auprès de qui de droit afin de mieux comprendre.B24

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Evariste DJETEKE K. - dans politique Afrique et Monde
commenter cet article

commentaires