Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Groupe de Reflexion et d'Action pour le Tchad
"Un blog Indépendant qui va au délà de l'actualité"

Tel: 00221 77 545 27 63/ kodjeteke@yahoo.fr /grattchad@yahoo.fr

                                             « Informer sans tabous et sans mensonges »

Présentation

  • : Evariste D. KONE
  • Evariste D. KONE
  • : "Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire" Voltaire
  • Contact

Tchad mon Pays!

 

 

indépendance

 

Entre Nous

 

 

Merci à notre ami et confrère ABDU DIA qui a assuré l’intérim pendant notre absence…

Merci aussi à Melle Geraldine Faye pour ses contributions et son appui à Abdu DIA.

Confraternellement

 


Pages

26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 10:31

 

congo-ocean.jpg

Une association française a déposé plainte mardi pour « crime contre l’humanité » contre l’Etat français et l’industriel du bâtiment Spie, accusés d’avoir recouru au travail forcé au Congo dans les années 1920 pour construire une ligne ferroviaire. 

Le chemin de fer Congo-Océan (CFCO), qui relie Brazzaville au port de Pointe-Noire (500 km), a été construit entre 1921 et 1934 par la Société de construction des Batignolles (devenue ensuite Spie) pour le compte de l’Etat.

« Des civils ont été embarqués de force pour alimenter les chantiers », a expliqué l’historien Olivier Le Cour Grandmaison lors d’une conférence de presse. « Au moins 17.000 indigènes sont morts en raison des conditions de transport et de travail ».

« Le travail forcé était de l’esclavage déguisé », a ajouté Louis-Georges Tin, président du Conseil représentatif des associations noires de France (Cran), qui a déposé la plainte. L’association agit sur la base d’une loi datant de 2001 qui, en qualifiant l’esclavage de crime contre l’humanité, l’a rendu imprescriptible.

Elle a engagé une action au civil devant le tribunal de grande instance (TGI) de Pontoise, dans la banlieue parisienne, contre l’Etat et les trois entités issues de la société des Batignolles : Spie, Spie-Batignolles et Clayax Acquisitions.

« Nous demandons au président du TGI de nommer un collège d’experts judiciaires aux frais de Spie pour évaluer l’ampleur du préjudice subi », a expliqué l’avocat de l’association, Norbert Tricaud. Le Cran demande aussi la création « d’un fonds d’indemnisation des victimes » pour financer un travail de mémoire.

Le travail forcé n’a été interdit qu’en 1946 par une loi portée par Félix Houphouët-Boigny, le futur président ivoirien. RI

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Evariste JETEKE K. - dans politique Afrique et Monde
commenter cet article

commentaires