Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Groupe de Reflexion et d'Action pour le Tchad
"Un blog Indépendant qui va au délà de l'actualité"

Tel: 00221 77 545 27 63/ kodjeteke@yahoo.fr /grattchad@yahoo.fr

                                             « Informer sans tabous et sans mensonges »

Présentation

  • : Evariste D. KONE
  • Evariste D. KONE
  • : "Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire" Voltaire
  • Contact

Tchad mon Pays!

 

 

indépendance

 

Entre Nous

 

 

Merci à notre ami et confrère ABDU DIA qui a assuré l’intérim pendant notre absence…

Merci aussi à Melle Geraldine Faye pour ses contributions et son appui à Abdu DIA.

Confraternellement

 


Pages

16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 14:27

dicta

« Quel est le point commun entre Habré, Pinochet, Taylor et Bokassa ? Ils ont peur de la justice. » 

Mais à coté de Habré, Pinochet et Taylor n’étaient que des enfants de cœur….. Bokassa et Idi Amine Dada se feraient  touts petits  pour le saluer… En matière de crime, il a surtout réussi en huit ans d'un extravagant règne meurtrier à la tête du Tchad à devenir le plus terrible et le plus extravagant des « dictateurs qui ont traumatisé le continent africain au lendemain de l'indépendance. ».  Son arrestation en juin dernier après sa fuite piteuse marque un revirement judiciaire dans les relations internationales.  Le tyran, responsable du massacre de 40 000 personnes (dont un sénégalais), doit expier ses péchés ou "être jugé pour ses atrocités.  Habré  a été le chef d’orchestre d’une campagne de terreur et de massacre dans son propre pays,  à commencer par son peuple, sa première victime. Aujourd’hui,  la peur  change de camp… Habré commence à trembler, ses complices aussi. Il ne cesse de dérouler dans sa tête  le film de ses crimes, rumine sa colère d’avoir pris la lourde responsabilité de torturer et de massacrer ses compatriotes. La roue de l’histoire tourne, elle tourne,  elle tourne ! Habré en prison ? Qui l’eut cru ?  Il nage aujourd’hui sans le savoir dans le brouillard de l’absurde. 

Devant les juges le vendredi, l’ex dictateur tchadien a récidivé en   imitant Charles Taylor et Augusto Pinochet.  Ses deux « amis » eux aussi dictateurs,  ont au début de leur procès, adopté la stratégie de la carpe. Ne rien dire. Mais ils ont fini par craquer.  Pour l'affaire du plan Condor, les avocats de Pinochet ont argué que les facultés mentales de l'ex-dictateur sont détériorées. Charles Taylor, lui    voulait manipuler les juges par des ruses….. Il est finalement devenu  le premier ancien chef d’Etat africain condamné par une juridiction internationale. Hissène Habré ne serait-il pas  le deuxième ?

« Le Président Hissein Habré a été extrait hier, de sa cellule pour faire face à la commission d’instruction des Chambres africaines extraordinaires. Pendant plusieurs heures, il a été interrogé par les juges dans le cadre de la première audition sur le fond du dossier.  Mais, plusieurs sources concordantes révèlent que face à la commission d’instruction des Chambres africaines extraordinaires, Hissein Habré a refusé de répondre aux questions.  Bref, il est resté muet comme une carpe. » Un de ses conseillers, en l’occurrence Me Ibrahima Diawara parle de 50 questions qui lui ont été posées. D’après lui, son client n’a pas ou­vert la bouche devant les magistrats en insistant sur le «caractère illégal» de cette juridiction spéciale.

Autant, les juges ne lui ont pas facilité les choses. Malgré son comportement, selon une source proche du dossier, les membres de la commission ont usé eux aussi de subterfuges pour laisser des traces de son audition. A en croire une source, la commission a adopté la technique consistant à transcrire toutes les questions posées sous la forme d’un procès-verbal en mentionnant le refus de Habré de répondre à ces questions. «Les membres de la commission ont fait comme si l’audition se passait normalement, parce que considérant que si Habré ne répond pas aux questions posées, c’est qu’il n’a pas de réponses», souffle un interlocuteur. Cette stratégie justifie la longueur de  son audition. Les questions posées ont tourné autour des faits qui lui ont valu  son incarcération à la Maison d’arrêt et de correction du Cap manuel où il disposerait de toutes les commodités dues à son rang d’ancien chef d’Etat.

Par ailleurs, on a appris que ce procès-verbal va motiver l’ordonnance de renvoi devant la Cour des chambres. Les questions transcrites dans le procès-verbal vont aussi permettre à la partie civile d’argumenter l’accusation. » et de prolonger le séjour de l’ogre tchadien  en prison

Habré à mis sept (7 ) mois déjà  prison, Un peu court,  mais c’est déjà quelque chose  pour saluer la victoire de la justice  sur un dirigeant qui a autant de sang sur les mains.

« La pire des sanctions à infliger  à celui qui se prenait pour un « dieu », qui avait un droit de vie ou de mort sur les autres, et qui a pillé les richesses du pays, aurait été de le voir enfermé pour le restant de ses jours derrière les barreaux comme un vulgaire criminel. Cela, aurait pu constituer un modèle de justice en Afrique, et aurait mieux servi la reconstruction politique (et éthique) du Tchad ».

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Evariste Koné D. - dans politique Afrique et Monde
commenter cet article

commentaires