Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Groupe de Reflexion et d'Action pour le Tchad
"Un blog Indépendant qui va au délà de l'actualité"

Tel: 00221 77 545 27 63/ kodjeteke@yahoo.fr /grattchad@yahoo.fr

                                             « Informer sans tabous et sans mensonges »

Présentation

  • : Evariste D. KONE
  • Evariste D. KONE
  • : "Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire" Voltaire
  • Contact

Tchad mon Pays!

 

 

indépendance

 

Entre Nous

 

 

Merci à notre ami et confrère ABDU DIA qui a assuré l’intérim pendant notre absence…

Merci aussi à Melle Geraldine Faye pour ses contributions et son appui à Abdu DIA.

Confraternellement

 


Pages

25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 20:48

 

 

CST

Plombée par la concurrence et après plusieurs appels au secours, la Compagnie sucrière du Tchad (CST), propriété de Somdiaa, a annoncé le 25 février la fermeture de sa deuxième usine dans le pays. 2500 personnes sont mises au chômage. 

"Nous ne pouvons plus continuer à produire. Depuis trois mois, nous n’avons pas pu vendre un seul sac de sucre. Nos locaux sont pleins à craquer".  C’est ainsi que Mahamat Allamine Maouloud, directeur de la production de la Compagnie sucrière du Tchad (CST), propriété du groupe panafricain basé en France Somdiaa, a justifié la fermeture de l’usine de Banda, près de Sarh. Cette fermeture, annoncée le 25 février, consacre l’arrêt de la production de sucre au Tchad, après la fermeture d’une première usine à N’Djaména en 2012.

Sucre importé 

Ces événements sont la conséquence de la concurrence des sucres nigérians et soudanais, vendus moins cher et qui inondent le marché tchadien. Début janvier, dans une campagne de communication, la CST alertait l’opinion sur le fait que 70% du sucre consommé au Tchad était d’origine étrangère et introduit en toute illégalité. Ajoutant que si les autorités ne réagissaient pas en conséquence, elle risquerait de fermer ses installations. L'appel ne semble pas avoir été entendu...

Projet avorté ? 

Les problèmes du sucre "made in Tchad" ne sont pas nouveaux mais le niveau de sucre importé est monté en flèche en quelques années. La CST a négocié des facilités fiscales allant même jusqu’à appuyer la lutte contre la fraude aux frontières. Mais sans arriver à stopper le flux. 'Il faut que les autorités réagissent pour sauver cette usine qui fait vivre des milliers de personnes', plaide Mahamat Allamine Maouloud.  

La fermeture de l’usine de Banda risque de plomber un autre projet important du groupe Somdiaa qui annonçait en juillet 2012 la construction pour 400 millions d’euros d'une nouvelle unité de production sur les rives du Barh Sara, non loin de ses installations. GRAT avec Madjiasra Nako 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Evariste JETEKE K. - dans politique Tchad
commenter cet article

commentaires