Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Groupe de Reflexion et d'Action pour le Tchad
"Un blog Indépendant qui va au délà de l'actualité"

Tel: 00221 77 545 27 63/ kodjeteke@yahoo.fr /grattchad@yahoo.fr

                                             « Informer sans tabous et sans mensonges »

Présentation

  • : Evariste D. KONE
  • Evariste D. KONE
  • : "Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire" Voltaire
  • Contact

Tchad mon Pays!

 

 

indépendance

 

Entre Nous

 

 

Merci à notre ami et confrère ABDU DIA qui a assuré l’intérim pendant notre absence…

Merci aussi à Melle Geraldine Faye pour ses contributions et son appui à Abdu DIA.

Confraternellement

 


Pages

19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 09:59

 

Il s’agit pour eux, de se rendre à l’Est du Tchad comme lors de deux dernières fois pour la commission d’instruction, pour l’audition de témoins, des visites de charniers 

 Des juges d’instruction, des Chambres africaines extraordinaires au sein des juridictions séné galaises chargées de juger l’ancien président tchadien Hissein Habré, mènent une troisième commission rogatoire internationale dans la capitale tchadienne. Arrivés le week-end dernier à N’Djaména, capitale du Tchad, les magistrats sont accompagnés des membres du parquet, des enquêteurs et des membres de la cellule de communication des Chambres africaines extraordinaires. «Cette commission rogatoire internationale procédera à l’audition des témoins et des plaignants, se rendra ensuite à l’intérieur du Tchad pour visiter les charniers», a précisé M. Déli Sainzoumi Nestor coordonnateur de la cellule de communication près le Pool judiciaire.

 

Le tonitruant avocat, Me El Hadji Diouf ne sera pas content. Malgré le silence de son client, l’ancien président du Tchad, Hisséne Habré dans les liens de la détention au Sénégal depuis le 2 juillet dernier pour crime de guerre, crime contre l’humanité et génocide, les Chambres Africaines Extraordinaires (CAE) loin d'avoir dit leur dernier mot. Des magistrats desdites chambres sont présentement au Tchad. Il s’agit pour eux, de se rendre à l’Est du Tchad comme lors de deux dernières fois pour la commission d’instruction, pour l’audition de témoins, des visites de charniers, des fosses communes où des milliers de tchadiens auraient été enterrés sous le régime du détenu.

Les magistrats sénégalais vont également fouiner dans les archives notamment les documents de la Direction de la Documentation et de la Sécurité (DDS) dite selon le correspondant de la Rfm, la police politique d’Hisséne Habré. A travers cette fouille des rapports et autres procès-verbaux, les enquêteurs espèrent trouver des éléments de preuves contre l’ancien président.

Au Tchad, la justice a également lancé une procédure contre ses anciens collaborateurs.Durant le règne Habré de huit ans (1982-1990), plus de 40.000 personnes ont été exécutées ou mortes en détention, selon une “commission d’enquête sur les crimes et détournements” créée par le gouvernement tchadien après sa chute. A la fin des années 70, Habré avait déjà été jugé par contumace par le gouvernement d’union nationale de transition, dirigé par le président Goukouni Wedeye, et a été condamné à mort. Cette décision de la justice n’a, malheureusement, jamais pu se réaliser, Habré ayant chassé Weddeye du pouvoir en juin 1982. En 1996, la justice tchadienne avait de nouveau jugé Habré et requis la peine de mort. Un verdict resté sans suite. JDT

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Evariste DJETEKE K. - dans Droits de l'Homme
commenter cet article

commentaires