Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Groupe de Reflexion et d'Action pour le Tchad
"Un blog Indépendant qui va au délà de l'actualité"

Tel: 00221 77 545 27 63/ kodjeteke@yahoo.fr /grattchad@yahoo.fr

                                             « Informer sans tabous et sans mensonges »

Présentation

  • : Evariste D. KONE
  • Evariste D. KONE
  • : "Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire" Voltaire
  • Contact

Tchad mon Pays!

 

 

indépendance

 

Entre Nous

 

 

Merci à notre ami et confrère ABDU DIA qui a assuré l’intérim pendant notre absence…

Merci aussi à Melle Geraldine Faye pour ses contributions et son appui à Abdu DIA.

Confraternellement

 


Pages

29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 10:19

soldat tchadiens

La France évoque une opération militaire internationale dans le sud de la Libye. Une opération internationale pour mettre un terme à l’instabilité qui prévaut actuellement dans le sud de la Libye serait un scénario idéal, a déclaré hier le chef d’état-major des armées françaises, l’amiral Edouard Guillaud. 

Les violences se sont intensifiées ces dernières semaines dans le sud du pays, notamment dans la ville de Sebha qui s’est retrouvée au cœur d’affrontements entre tribus rivales. Au moins 154 personnes ont été tuées en deux semaines d’affrontements tribaux. A l’hôpital de Sebha, on comptabilise déjà 88 morts et 130 blessés en deux semaines, selon l’Agence France-Presse. L’armée libyenne a imputé ces violences à des forces loyales à l’ancien dirigeant Mouammar Kadhafi, renversé en 2011 par un soulèvement populaire appuyé par une intervention militaire occidentale menée sous l’égide de l’Onu.

« L’idéal serait de pouvoir monter une opération internationale avec l’accord des autorités libyennes », a déclaré à la presse l’amiral Edouard Guillaud, qui quittera ses fonctions le 15 février après quatre années passées à la tête de l’état-major des armées. « Mais quelles autorités? », a-t-il ajouté. « Le problème du sud libyen, c’est qu’il faut d’abord qu’il y ait un Etat dans le Nord. Ensuite il y a plusieurs sud-libyen, il y a Koufra, à coté de la frontière égyptienne, et la zone de Sebha », a-t-il souligné, évoquant l’existence d’un « trou noir » susceptible de devenir le « nouveau centre de gravité du terrorisme ».

Selon l’amiral Guillaud, il n’est pas le seul à estimer nécessaire une telle intervention. Cette idée serait partagée par nombre de ses homologues étrangers, qui pensent en effet qu’il “va falloir que la communauté internationale y aille mais, pour cela, il faut d’abord que le Nord soit stabilisé”. 

Depuis le renversement et la mort de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est plongée dans une vague de violences et le Congrès général national, le parlement, est paralysé par un bras de fer politique. L’option d’une intervention militaire internationale, qui n’est pour l’heure qu’au stade de réflexion, ne sera possible qu’en cas d’accord avec les autorités libyennes et uniquement sous mandat, a souligné l’amiral Guillaud.

Il y a quelques jours, suite aux envois incessants des intermédiaires du Président Déby en Libye, les trois principaux chefs des Toubous libyens sont arrivés à N’Djaména et ont rencontré séparément le Président Tchadien.
Selon certains experts de la géopolitique du Sahara, à travers les chefs Toubous, Idriss Déby chercherait à prendre contact avec certains islamistes libyens. Depuis son intervention au Mali, le maître du Tchad est persuadé que le plus grand danger pour son régime viendra tôt ou tard de la Libye. Mais, certains proches des chefs Toubous affirment qu’ils étaient tout simplement allés au Tchad pour ramasser les valises d’argent que Déby met toujours à la disposition des chefs militaires.

Entretemps, d’après certaines rumeurs venant de la Libye, Djidi Salay, le Directeur Général de l’ANS, police politique du régime tchadien, aurait activé récemment toutes ses cellules et connaissances en Libye. Il faut rappeler que l’actuel DG de l’ANS a un très grand réseau dans la Libye de l’ancien régime.

Les observateurs de la politique libyenne s’accordent pour dire que les dernières accusations du Congrès national général (CNG) libyen sont portées contre le Tchad. En effet, le CNG libyen avait décidé de placer l’Armée en état d’alerte maximum pour « faire face aux forces qui soutiennent l’ancien régime et qui viendraient de pays étrangers ». Le Premier ministre Ali Zeidan avait brandi contre ces pays étrangers sans les nommer la menace d’une révision des relations diplomatiques au cas où ils n’arrêteraient pas ces mouvements des partisans de l’ancien régime.

D’ores et déjà, le renard du désert peut se vanter qu’il a déjà plusieurs fers au feu en Libye. Et surtout, il a un grand avantage comme au Mali, les soldats tchadiens sont de la chair à canon bougrement efficace dans le désert.

Le soldat françafricain Idriss Déby se tient donc au garde à vous et attend que l’Élysée vienne pour solliciter encore ses bons et loyaux services. Cela va certainement alourdir « la dette » contractée par l’Élysée depuis l’intervention au Mali en passant par la prise en charge de la Centrafrique, ça permettra aussi au dictateur tchadien de prolonger le silence regrettable de Paris sur son régime répressif et corrompu au Tchad. Cette indulgence française est une erreur. Elle envoie un message de piétinement des principes au nom d’arrangements géopolitiques.

Cette fois-ci, si oncle Sam sera de la partie, alors le Général Idriss Déby Itno ne peut que se frotter les mains pour mobiliser encore les maigres ressources de notre pays afin d’organiser des rezzous dans le désert libyen. Pendant ce temps, les pauvres Tchadiens peuvent mourir de faim et de maladies, le système MPS veut conserver à tout prix son pouvoir..Avec Le Figaro.fr et Reuters

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Evariste Koné D. - dans politique Afrique et Monde
commenter cet article

commentaires