Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Groupe de Reflexion et d'Action pour le Tchad
"Un blog Indépendant qui va au délà de l'actualité"

Tel: 00221 77 545 27 63/ kodjeteke@yahoo.fr /grattchad@yahoo.fr

                                             « Informer sans tabous et sans mensonges »

Présentation

  • : Evariste D. KONE
  • Evariste D. KONE
  • : "Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire" Voltaire
  • Contact

Tchad mon Pays!

 

 

indépendance

 

Entre Nous

 

 

Merci à notre ami et confrère ABDU DIA qui a assuré l’intérim pendant notre absence…

Merci aussi à Melle Geraldine Faye pour ses contributions et son appui à Abdu DIA.

Confraternellement

 


Pages

14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 11:27

 

RESURECTION.jpg

L’histoire se passe à Lokotigou dans la préfecture de Tandjouaré, au Togo. Le jeune homme, Lamboni Yalwabe, 25 ans, élève en classe de 1ère, n°21 sur la liste de classe au Collège privé Archimède de Dapaong, de retour d’une visite au village, après une courte maladie du 25 au 26 février dernier, est décédé et son corps a été renvoyé à son village natal Lokotigou pour y être enterré a été enterré aux environs de 23 h. Mais subitement, Lamboni Yalwabe, enterré, réapparaitra aux environs de 11h le vendredi qui a suivi les obsèques. 

Malgré la peur, il sera finalement accueilli par les membres de la famille qui étaient en plein accomplissement des autres rites de ses funérailles. Des rites qui devraient s’achever le dimanche dernier. C’est donc à la surprise générale que l’on voit arriver le ressuscité Yalwabe avec un vieux vélo garé dans un coin dans la maison familiale au village. 

 Les réligieux à leur arrivée sur la tombe en terre qui serait celui de Lamboni Yalbawe Selon les informations rapportées par un des membres de la famille, il rentrera d’abord dans sa chambre pour réclamer d’après ses biens qui ont été entre temps déplacés de sa chambre pour une autre chambre de la concession, après que l’enterrement a eu lieu. Des interrogations de la famille sur sa réelle identité, auront pour réponse : « Je suis le fils de la maison ». Hospitalité oblige, la famille se résigna de ne pas l’expulser. Il justifia son retour selon toujours les informations apportées à notre reporter, par une sommation à lui faite dans l’au-delà par son défunt père de retourner à la vie car n’ayant pas sa place parmi les morts. Et depuis lors, après un petit tour à Dapaong, et comme si de rien n’était, Lamboni Yalwabe, est actuellement en famille à Lokotigou et est l’objet de toutes les curiosités même au sommet de la hiérarchie de l’administration locale et religieuse. 

En tout cas depuis quelques jours, c’est un ballet au niveau de la famille qui ne cesse d’accueillir des parents, amis et autorités locales et religieux, qui viennent de partout pour s’en quérir de ce qui a cours dans la famille Lamboni. Ainsi mardi dernier, à la suite des autorités de la région des Savanes, ce fut le Curé de la Cathédrale St Charles Louanga et plusieurs prêtres de la région qui ont effectué une visite au domicile du miraculé. Ceux-ci ont causé avec le « ressuscité » qui, à leur interrogation, s’il était chrétien, leur répondra : « aller à l’église n’est pas un manteau qu’il faut sur le corps, mais c’est le cœur qui est l’église. Et moi, mon habit de l’église, c’est mon cœur, voilà pourquoi mon Dieu m’a ressuscité ». 

Ceci avant d’ajouter que « celui qui croit en Dieu sera ressuscité après sa mort ». Ces religieux, après leur entretien avec le « Jésus de Lokotigou », se sont rendus au cimetière où était enterré Yalwabe pour voir si sa tombe était ouverte ou pas. Mais comme on pouvait le constatez sur les images prises par notre correspondant dans les Savanes, la tombe en l’état qu’elle avait depuis le jour de l’enterrement. Ces propos et ses agissements font croire à d’aucuns qu’il n’est pas forcément celui qui a été enterré, même si la famille reconnait qu’il n’y a aucune différence physique entre le ressuscité et leur fils mort. Et comme on pouvait entendre l’un des religieux chuchoter : « Je ne crois pas qu’il soit celui que nous voyons, dans tous les cas, on verra… ». En attendant de tirer tout au clair, devant les prêtres, Yalwabe, une coupe d’eau à la main dit bénir la foule apeurée en l’aspergeant d’eau que lui seul dit bénite. 

Il n’aime pas trop parler, s’intéresse aux enfants et demandant parfois d’après certains de ses collègues de classe. En tout cas, l’’évènement fait peur et suscite des interrogations, même des parents et de toute la population. Est-ce vraiment Yalwabe ou il s’agit d’un esprit qui aurait pris son corps pour se venger ? Tout compte fait, certaines sources proches de la famille révèlent qu’avant de se rendre à Dapaong, après avoir passé le week-end au village, Yalwabe aurait averti une de ses tantes de la visite d’un étranger qui viendrait le vendredi, et dont il faudra prendre soin. 

Le souvenir de ce conseil préalablement donné par le défunt rend encore plus inquiétante la situation au sein de la famille puisque le jeune homme depuis ce retour miraculeux à la vie ne fait plus mentions de certaines réclamations faites préalablement pour son mariage. Chose bizarre, les parents se sont refusés de voir qu’on filme leur supposé fils revenu à la vie. Il est dit que ceux qui se sont entêtés de le faire n’ont pu avoir de bonnes images ou s’en sont sortis avec des appareils grillés. L’on n’exclut pas pour l’instant l’hypothèse d’une exhumation du corps pour tirer au clair cette histoire. Bon à suivre ! telegramme228

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Evariste DJETEKE K. - dans Société
commenter cet article

commentaires