Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Groupe de Reflexion et d'Action pour le Tchad
"Un blog Indépendant qui va au délà de l'actualité"

Tel: 00221 77 545 27 63/ kodjeteke@yahoo.fr /grattchad@yahoo.fr

                                             « Informer sans tabous et sans mensonges »

Présentation

  • : Evariste D. KONE
  • Evariste D. KONE
  • : "Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire" Voltaire
  • Contact

Tchad mon Pays!

 

 

indépendance

 

Entre Nous

 

 

Merci à notre ami et confrère ABDU DIA qui a assuré l’intérim pendant notre absence…

Merci aussi à Melle Geraldine Faye pour ses contributions et son appui à Abdu DIA.

Confraternellement

 


Pages

17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 10:58

Victime de HH

Le pool des avocats des victimes du régime de Hissène Habré ont appelé le gouvernement tchadien à "indemniser les victimes, soutenir l’action de la justice tchadienne relative aux plaintes déposées par les victimes contre les complices de Habré, et mettre en œuvre les recommandations de la Commission d’Enquête nationale préconisant des mesures publiques à la mémoire des victimes de la répression Habré" quelle que soit  l’issue du procès qui se tiendra devant les Chambres africaines extraordinaires, indique un communiqué transmis vendredi à iGFM.

Le collectif des avocats a, par ailleurs, salué la mise en place d’un programme de sensibilisation assurant la pédagogie d’un tel procès au Sénégal, au Tchad, en Afrique et dans le monde". Selon le collectif des avocats, la procédure devant les Chambres africaines extraordinaires "lancera au monde le message que l’Afrique peut poursuivre elle-même les personnes accusées sur son continent des crimes les plus graves et devraient servir également au renforcement d’un Etat de droit au Tchad, et à la réconciliation entre les tchadiens".


Le 8 février 2013, les Chambres africaines extraordinaires étaient inaugurées au Palais de Justice de Dakar, rappelle communiqué. "La création de cette juridiction spéciale marquait un tournant dans l’affaire de l’ancien Président du Tchad Hissène Habré et un signe d’espoir sans précédent pour les milliers de victimes de son régime", souligne le communiqué du collectif parmi lesquels le Sénégalais Assane Dioma Ndiaye, avocat au barreau de Dakar.. 

"En tant qu’avocats de très nombreuses victimes du régime de Hissène Habré, nous nous félicitons du chemin déjà parcouru par les Chambres. Ce tribunal doit poursuivre tous ses efforts pour qu’un procès se tienne aussi rapidement que possible et pour que justice soit enfin rendue. Nous sommes convaincus que les Chambres africaines extraordinaires se montreront à hauteur de leur tâche. En effet, depuis leur inauguration, elles ont agi avec diligence et promptitude : Hissène Habré a été inculpé pour crimes contre l’humanité, torture et crimes de guerre et placé sous mandat de dépôt. Cinq autres personnes ont par ailleurs également été inculpées, et deux commissions rogatoires internationales au Tchad ont permis aux juges d’instruction d’entendre des milliers de victimes et des témoins clefs", poursuit le texte.

Selon les avocats des victimes du régime Habré, les plaignants se "félicitent des investigations en cours et ont confiance dans la capacité des juges des Chambres africaines extraordinaires à mener une instruction efficace, impartiale, exhaustive et respectueuse des droits de toutes les parties. En ce sens, les expertises ordonnées par les Chambres pour la troisième commission rogatoire sont encourageantes". "En tant que femmes et hommes de droit, nous renouvelons notre attachement au respect des normes internationales en matière de justice. Hissène Habré et ses complices doivent répondre de leurs actes et les victimes obtenir réparations selon une procédure juste et équitable dans le respect des droits de l’Homme."

"Les attaques calomnieuses répétées des avocats de Hissène Habré contre les Chambres africaines extraordinaires et contre les parties civiles et leurs représentants ne parviendront pas à entacher la confiance placée dans cette procédure en cours. L’opinion publique n’est pas dupe : l’ancien Président tchadien ainsi que les autres personnes inculpées doivent répondre devant les juges de leurs actes. Il faudra aussi que les biens mal acquis au fil des ans servent à indemniser les victimes si les personnes inculpées sont reconnues coupables des charges émises contre elles", ont-il encore souligné. GFM 




 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Evariste Koné D. - dans Droits de l'Homme
commenter cet article

commentaires