Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Groupe de Reflexion et d'Action pour le Tchad
"Un blog Indépendant qui va au délà de l'actualité"

Tel: 00221 77 545 27 63/ kodjeteke@yahoo.fr /grattchad@yahoo.fr

                                             « Informer sans tabous et sans mensonges »

Présentation

  • : Evariste D. KONE
  • Evariste D. KONE
  • : "Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire" Voltaire
  • Contact

Tchad mon Pays!

 

 

indépendance

 

Entre Nous

 

 

Merci à notre ami et confrère ABDU DIA qui a assuré l’intérim pendant notre absence…

Merci aussi à Melle Geraldine Faye pour ses contributions et son appui à Abdu DIA.

Confraternellement

 


Pages

9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 14:21

 

RCA9avril.JPG

Dieu aurait-Il décidé de fermer les yeux sur ce qui se passe en Centrafrique et d'abandonner les habitants de ce pays à leur triste sort? C’est une question que l’on ne peut manquer de se poser, tant on ne sait plus à quel saint s'en remettre pour sortir le pays de Barthélemy Boganda de l'abîme dans lequel il a été précipité depuis le 24 mars 2013, date de la chute du président François Bozizé, chassé du pouvoir par la rébellion Seleka.

 «Attention, danger !», écrivions-nous dans notre «A la loupe .» du 9 septembre 2013, dans laquelle nous tirions déjà la sonnette d’alarme vu la tournure ethno-religieuse que prenait le conflit.

Hélas, notre cri de détresse semble n'avoir produit que l'effet d'un coup de machette anti-Balaka dans le fleuve Oubangui-Chari. Les choses sont, depuis, allées de mal en pis. Après Bossangoa et Bouca, les exactions se sont étendues à  la ville de Boda, où communautés chrétienne et musulmane se regardent en chiens de faïence. Haine et peur s’entremêlent, ce qui est source de psychose. Tenez, dans le quartier musulman, par exemple, certains n’osent pas acheter de manioc aux chrétiens. Pourquoi ? Vraisemblablement de peur d’un empoisonnement. «On n’achète pas, parce que les antibalaka mettent du poison dedans. L’autre jour, presque dix enfants sont morts», raconte-t-on à Boda. En réalité, à la machette, l'arme de prédilection des anti-Balaka contre les musulmans, est venue s'ajouter une autre non moins redoutable : l'arme alimentaire ; couper les vivres aux adeptes de Mohamed jusqu'à ce qu'exil massif s'ensuive. Voilà la dernière trouvaille en date des miliciens chrétiens. «Ils ont interdit le manioc aux musulmans. Si on en vend aux musulmans, ils viennent prendre l’argent et nous tabassent» explique un commerçant.

Mais à la lumière de certains propos, on se rend compte que cette islamophobie trahit des jalousies latentes depuis la nuit des temps et qui remontent en surface à la faveur de la crise centrafricaine. Les longues lignées de diamantaires et de commerçants musulmans ont vite fait de cristalliser  un ressentiment, une jalousie de la part des chrétiens qui ont vu  dans  le conflit un très beau prétexte pour régler leurs comptes. Beaucoup ne cachent même plus leur envie de remplacer les musulmans dans les affaires.

Cependant, ce que ceux qui se lancent dans une chasse aux sorcières semblent oublier, c’est qu’après avoir «fini» avec leurs frères musulmans, ils vont s’entredéchirer, car les jalousies et autres rancœurs ne manquent jamais dans les relations humaines.

 

Si la christianisation par épuration des musulmans venait à s'accomplir, il y aurait toujours des apprentis- sorciers qui opposeraient aux chrétiens sur la base de leur appartenance géographique ou de leurs lieux de culte. HS

Partager cet article

Repost 0
Published by Evariste DJETEKE K. - dans politique Afrique et Monde
commenter cet article

commentaires