Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Groupe de Reflexion et d'Action pour le Tchad
"Un blog Indépendant qui va au délà de l'actualité"

Tel: 00221 77 545 27 63/ kodjeteke@yahoo.fr /grattchad@yahoo.fr

                                             « Informer sans tabous et sans mensonges »

Présentation

  • : Evariste D. KONE
  • Evariste D. KONE
  • : "Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire" Voltaire
  • Contact

Tchad mon Pays!

 

 

indépendance

 

Entre Nous

 

 

Merci à notre ami et confrère ABDU DIA qui a assuré l’intérim pendant notre absence…

Merci aussi à Melle Geraldine Faye pour ses contributions et son appui à Abdu DIA.

Confraternellement

 


Pages

16 mai 2016 1 16 /05 /mai /2016 07:13
Un agent de la CIA affirme avoir contribué à l'arrestation de Mandela

Un ancien agent de la CIA a affirmé au réalisateur britannique John Irvin avoir joué un rôle-clé dans l'arrestation en 1962 de Nelson Mandela en communiquant à la police sud-africaine des détails sur ses déplacements, rapporte dimanche le Sunday Times.

Donald Rickard, cet ancien agent américain, était à l'époque le vice-consul américain à Durban et aurait travaillé pour la CIA jusqu'en 1978.

Selon le journal dominical britannique, il a fait ces révélations en mars, deux semaines avant de mourir, au réalisateur britannique qui les a enregistrées alors qu'il travaillait sur son film Mandela's Gun.

Ce film, qui traite des derniers mois de liberté de l'icône antiapartheid avant son arrestation et son incarcération pendant 27 ans, doit être présenté cette semaine à Cannes où se déroule le Festival du film.

Un article de James Sanders, qui dit que John Irvin lui a demandé d'enquêter sur ces éléments, rapporte que le réalisateur s'est rendu aux États-Unis en début d'année pour interviewer Donald Rickard.

L'ex-agent a alors expliqué au réalisateur la façon dont Nelson Mandela a été arrêté alors qu'il avait quitté Johannesbourg pour se rendre à Durban, sans préciser comment il était au courant de ses déplacements.

« J'ai découvert quand il descendait [à Durban, NDLR] et comment il s'y rendait... c'est sur ce point que j'ai été impliqué et c'est là où Mandela a été attrapé », a déclaré Donald Rickard selon une citation publiée dans le journal qui lui est attribuée.

Il a ajouté, selon le journal, que Nelson Mandela était « complètement sous le contrôle de l'Union soviétique ».

« Il aurait pu provoquer une guerre en Afrique du Sud, les États-Unis auraient dû s'y impliquer à contrecoeur et les choses auraient pu mal tourner », ajoutait Donald Rickard selon le journal.

« Nous étions au bord du gouffre et il fallait que ça cesse, ce qui signifiait que Mandela devait être arrêté. J'ai mis un terme à cela ».

Nelson Mandela, alors dirigeant de la branche militaire du Congrès national africain (ANC), a été arrêté le 5 août 1962 et condamné à la prison et aux travaux forcés à perpétuité.

Il a été libéré de prison en 1990 et est ensuite devenu le président d'Afrique du Sud entre 1994 et 1999. Il est décédé en 2013 à l'âge de 95 ans.

Interrogé dimanche par l'AFP, l'actuel porte-parole de l'ANC, Zizi Kodwa, a qualifié d'« accusation grave » les allégations de Donald Rickard, tout en affirmant qu'il n'y voyait rien de nouveau.

« Nous avons toujours su que certains pays occidentaux collaboraient avec le régime de l'apartheid », a déclaré M. Kodwa. Selon le porte-parole, bien que cet incident ait eu lieu des années auparavant, la CIA interfère toujours dans les affaires politiques de l'Afrique du Sud, a-t-il accusé.

« Nous avons récemment noté qu'on tente toujours de faire du tort au gouvernement de l'ANC, élu démocratiquement », a affirmé le porte-parole. « Cela se produit encore de nos jours; la CIA collabore toujours avec ceux qui veulent un changement de régime », a encore accusé le politicien. Dakar actu

Repost 0
Published by Evariste D. KONE - dans Opinions
commenter cet article
12 mai 2016 4 12 /05 /mai /2016 16:22
 « Le MPRD et la RAFAD optent pour la lutte armée contre le régime de Déby »

COMMUNIQUE DE PRESSE CONJOINT : MPRD/RAFAD

(photo illustrative)/. Le peuple tchadien dans son ensemble a saisi l’occasion de la dernière élection présidentielle comme son ultime espoir d’opérer un changement sans casse ni effusion de sang, afin d’installer le Tchad dans une stabilité durable qui profite à toute la sous-région. Mais Idriss Déby Itno, son clan et ses larbins viennent une fois de plus de démontrer à la face du monde entier que toute alternance démocratique est définitivement interdite. Depuis son installation aux commandes de l’Etat en remplacement d’une autre crapule du nom de Hissein Habré, le dictateur sanguinaire, qui n’a jamais gagné aucune élection démocratique dans ce pays, démontre avec constance et opiniâtreté son emprise patrimonialiste sur son butin de guerre qu’est le Tchad. Et ses recettes pour s’imposer depuis plus de 25 ans n’ont pas varié qui sont la terreur, la barbarie, la corruption à tous les niveaux, tout en mettant en avant un faux argument sécuritaire par son seul maintien au pouvoir qui impliquerait une bonne partie de l’Afrique.

En confisquant ainsi le pouvoir, il ne laisse aucun autre choix aux Tchadiens que d’envisager l’ultime solution de la lutte armée pour sortir leur pays des griffes d’une barbarie d’un autre âge qui ne sait que perpétrer des assassinats, organiser le pillage systématique, le détournement des deniers publics, la gabegie et la crétinisation de toutes les couches sociales. C’est pourquoi le Mouvement pour la Paix, la Reconstruction et le Développement (MPRD) et la Résistance Armée contre les Forces Anti Démocratiques (RAFAD) viennent par le présent communiqué attirer l’attention de l’opinion tant nationale qu’internationale sur le choix que leur impose le dictateur, celui de poursuivre la lutte armée pour permettre au peuple tchadien d’accéder librement à la démocratie

Fait à Paris le 05 mai 2016.

Djédouboum SADOUM Adam HASSAN

Président du MPRD Président de la RAFAD

. °Le titre est de la rédaction

Repost 0
Published by Evariste D. KONE - dans Opinions
commenter cet article
12 mai 2016 4 12 /05 /mai /2016 00:13
 Laokein Médard : accepter le poste de PM, c’est contribuer à la souffrance du peuple

Bonjour mes chers compatriotes.

Vous êtes très nombreux à vous poser de questions sur la proposition qui m'aurait été faite pour le poste de PM.

Si j'avais décidé de me présenter à l'élection présidentielle de 10 Avril dernier, c'était pour une cause juste et noble: Lutter contre la mauvaise gouvernance dont souffre le peuple tchadien. J'accepterai de servir mon pays si le régime actuel a un minimum de respect pour son peuple. Accepter de servir sous le règne de Deby comme PM, c'est contribué à la souffrance de la population.

Je ne trahirai jamais ce peuple qui croit en ma vision politique pour le Tchad.

Je ne trahirai jamais ma conscience et moins encore toi qui me lis chaque fois sur facebook.

Restons unis à jamais.

Vive le Tchad.

Repost 0
Published by Evariste D. KONE - dans Opinions
commenter cet article
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 10:32
Laokein Médard : «même si la carte MPS est une carte de baptême, je ne la prendrais pas.»

Un adversaire politique n'est pas un ennemi.

Le Tchad compte aujourd'hui environ 12 millions d'habitants. Je me battrai toujours pour que cette population mange à sa faim, dort sous un toit. J'ai très mal quand on n'empêche la jeunesse de rêver. J'ai mal quand on me parle de musulmans et chrétiens d'autant plus qu'il ya un seul DIEU. J'ai mal quand on me parle de nordiste et sudiste.

J'ai dis et je redis: «même si la carte MPS est une carte de baptême, je ne la prendrais pas.» Le régime de Deby cherche à semer de la division entre le peuple. Ne lui offrons pas cette occasion. Ceux qui disent que moi LAOUKEIN j'ai distribué de machettes aux jeunes de Moundou se trompent. Nous sommes unis et nous le resterons.

Musulman+Chretien= Un seul DIEU.

Nordiste+Sudiste= Un seul TCHAD.

Restons solidaire et vigilant pour un Tchad unique

LAOUKEIN KOURAYO MÉDARD

Repost 0
Published by Evariste D. KONE - dans Opinions
commenter cet article
17 avril 2016 7 17 /04 /avril /2016 16:37
TCHAD : un gouvernement d'union nationale comme en février 2008 ?

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Réf. : 13/COMMUNIQUÉ/GRAALTCHAD/2016

Le GRAAL TCHAD porte à la connaissance de l'opinion nationale et internationale que selon des informations persistantes en provenance de N'Djamena, certaines diplomaties étrangères mèneraient actuellement des tractations en vue d'amener l'opposition à accepter les résultats fabriqués que va proclamer la CENI et d'intégrer , en retour, un gouvernement d'union nationale comme ce fut le cas en février 2008.

Ces informations concordent avec celles distillées avant les élections par certains médias français en vue de préparer l'esprit du peuple souverain du Tchad à accepter une imposture. Le GRAAL TCHAD s'indigne de ces pratiques inacceptables auxquelles s'associe souvent la France - encore elle (!), pays des Droits de l'Homme, dont les erreurs d'appréciation répétées et reconnues ont malheureusement contribué au génocide rwandais en 1994 et à la disparition de l'opposant tchadien Ibni Oumar Mahamat Saleh en 2008. En 2008 au Tchad, la France aurait pu jouer un rôle positif en usant de son autorité pour pacifier le Tchad, au lieu de réarmer et d'aider, comme elle l'a fait, une partie au conflit.

Le GRAAL TCHAD tiendrait pour responsable personnellement M. François Hollande, Président de la République Française, en cas d'embrasement du Tchad, en raison de son soutien inconditionnel à M. Idriss Deby Itno au nom d'une prétendue sécurité de la région dont Idriss Deby fait croire qu'il est le seul garant.

Le GRAAL TCHAD demande au peuple tchadien, qui a massivement voté pour le changement de son destin, de demeurer très alerte, vigilant et mobilisé, de ne pas se laisser distraire par les jeux d‘intérêt de quelques parties qui soient, y compris de certains opposants qui demain seraient tentés de sacrifier l'expression du peuple tchadien sur l'autel de leurs intérêts égoïstes.

Vive l'alternance démocratique !

Ensemble debout, ensemble jusqu'au bout,

Fait à Montréal le 17 avril 2016

GRAAL TCHAD

Le porte-parole

Joe Al Kongarena

Tel. : 1 514 978 4588

Repost 0
Published by Evariste D. KONE - dans Opinions
commenter cet article
4 avril 2016 1 04 /04 /avril /2016 13:10
Une question avant d’aller voter le 10 avril

Avant de voter pour qui que ce soit le 10 avril prochain, mon frère, ma sœur, pose-toi certaines questions:

-Toi enfant de Doba, as-tu vu des retombées de ton pétrole ?

-Toi enfant de Pala, as-tu accès aux tonnes de ciment dont l'usine de production se situe juste derrière ta maison ?

-Toi fils du Batha ou de Faya, as-tu le droit daller chercher l'or qui git dans le champs de tes grands parents ?

-Tes frères étudiants de 2IE, futurs ingénieurs ainsi que ceux d'autres écoles ont-ils perçu leurs bourses ?

-Ta sœur peut-elle désormais aller à l'école sans avoir peur de se faire violer ?

-Jusqu'à quand vas-tu continuer à tuer le temps sous les neemiers avec ton diplôme, en regardant ton âge courir sans avoir du travail, jusqu'aux cheveux blancs ?

-Pourrais-tu militer librement dans le parti de ton choix au Kanem sans te faire tirer dessus ?

Je te laisse te poser le reste des multiples questions. Tu as des réponses ? Maintenant tu sais ce qui te reste à faire. Ton avenir en dépend. Par Louis Deubalbet

Repost 0
Published by Evariste D. KONE - dans Opinions
commenter cet article
19 mars 2016 6 19 /03 /mars /2016 19:18
Qui va voter Idriss Déby Itno?

Qui va voter Idriss Déby Itno dans un pays que le candidat et son clan ont rendu méconnaissable par des scandales en tout genre? Vols, viols, assassinats, pillages, menaces. Peut-on avoir la mémoire si courte au point d’oublier ce que la gouvernance MPS a fait de notre pétrole ? Comment peut-on vendre du pétrole, un bien gracieusement offert par la nature pour se retrouver criblé de dettes? Ceux qui saignent à blanc le pays sont libres de leurs mouvements, jamais inquiété. Plus loin, difficile d’imaginer que les électeurs de Moundou, Doba, Sarh, Abéché, Bongor, Faya, Ndjaména, ouadidoum, etc., votent pour le chef suprême des armées qui n’a rien entrepris comme punition lorsque ses éléments tirent dans la foule de jeunes manifestants, atteignant mortellement plusieurs d’entre eux.

Qui à Mbaibokoum, Lère, Ati, Mangalmé ou à Kichikichi va gratifier ce président d’un vote favorable quand celui-ci n’a toujours pas répondu à la question que le pays entier se pose de savoir où va l’argent du pétrole ? Qui à Mongo, Kélo, Pala ou à MBikou va déposer le bulletin de Déby dans l’urne quand celui-ci n’a pas toujours répondu à la question que tout le monde se pose à savoir qui sont ces malfaiteurs qui ont tué Maitre Bihidi et enlevé le Professeur Ibni ? Et quels étaient leurs motivations, leurs commanditaires. Idriss Déby Itno a-t-il pris la peine, par respect pour son peuple de révéler les mains obscures qui pillent le Tchad, tuent les citoyens? Dans tous les pays du monde, les dirigeants rasent les fonds de tiroir s’il le faut pour satisfaire les revendications des travailleurs ou des étudiants. Au Tchad, la police politique disperse les travailleurs et les étudiants grévistes à coup de gaz lacrymogènes, les passe à tabac et emprisonne certains dont le crime est de revendiquer leur droit.

Qui peut croire un seul instant que ces travailleurs et étudiants de la République ainsi malmenés et chosifiés, que les parents dont les enfants sont cloués à la maison par le gouvernement qui refuse arrogamment de faire face dignement aux mouvements sociaux, iront mettre un bulletin « Idriss Déby » dans une urne? On peut multiplier à loisir les exemples qui criminalise et dénie à ce régime brutal tout droit d’existence au-delà du 10 Avril. Ce serait une injure à l’intelligence tchadienne si au soir du vote, la bande à Nagoum donne vainqueur Idriss Déby Itno. Cela ne passera pas. Les partenaires du Tchad doivent accompagner le mouvement populaire pour qu’enfin ce peuple soit déchargé de sa lourde et pénible croix qu’est le régime MPS.

C’est d’un nouveau pacte national que le pays a urgemment besoin, un pacte fondateur d’une République redéfinie, réinventée qui ne serait plus à la traîne, abandonnée dans une gare d’attente désaffectée alors que le train du progrès, autour de nous, fonce à toute allure vers l’avenir de toutes les promesses. Idriss Déby Itno ne peut pas faire l’affaire.

Mass –Yo Kiaban, enseignant à Ndjaména

Repost 0
Published by Evariste D. KONE - dans Opinions
commenter cet article
18 mars 2016 5 18 /03 /mars /2016 09:41
Idriss Déby Itno, « jugé et condamné » avant les élections

Idriss Déby a à son palmarès depuis 1990, 4 présidentielles, 3 législatives, et 1 référendum pour supprimer la limitation à 2 mandats présidentiels de la constitution. Il est reconnu comme un spécialiste de la désorganisation de l’opposition, de la substitution des Procès-Verbaux et du vote multiple. Il a maintenu le processus de démocratisation et de construction de l’Etat de droit à son point de départ. Les conditions d’un démarrage de processus électoral, liberté d’expression, liberté de la presse, liberté de s’organiser pour l’opposition, n’ont jamais été accordées. Après la suppression du nombre de mandats en 2005, les rébellions se sont multipliées, compliquant encore la poursuite du processus de démocratisation.

L’Accord politique en vue du renforcement du processus démocratique au Tchad’ du 13 août 2007 portant sur l’organisation des élections, soutenu par Union européenne[18], n’a jamais été appliqué[19]. En éliminant physiquement l’un de ses principaux opposants, Ibni Oumar Mahamat Saleh, alors porte parole de la Coordination des Partis politiques pour la défense de la Constitution (CPDC) en février 2008, Idriss Déby a montré jusqu’à quelles extrémités il pouvait aller.

Après le report des législatives de 2015, pour la présidentielle de 2016, Idriss Déby a accepté une partie de l’accord de 2007, à savoir l’introduction de la biométrie électorale. Le Tchad n’a pas échappé à une entreprise française proche de l’armée française depuis l’élection en Côte d’Ivoire en 2010, Morpho. Cette biométrie a permis d’améliorer le fichier électoral, et devrait permettre les 10 avril et 9 mai de limiter les votes multiples. Des ministres et des dirigeants d’entreprises publiques et privées ont été mobilisés pendant le recensement et ont distribué de l’argent. Selon le chef de file de l’opposition, Saleh Kebzabo, 200 000 mineurs ont dû être ensuite enlevés du fichier, et des fraudes ont été organisées à l’aide de faux certificats de naissance. Des réfugiés soudanais et centrafricains ont été enrôlés, à l’intérieur ou à l’extérieur des camps de réfugiés du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR)[20]. La population de plusieurs régions a été gonflée. Après qu’une une clause du contrat de Morpho n’ait pas été respectée concernant l’authentification biométrique pendant la distribution des cartes biométriques, un conflit persiste au niveau de la biométrie.

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) est totalement acquise au président. La presse libre n’existe quasiment pas et les media publics font campagne pour lui. Le parti au pouvoir, le Mouvement patriotique du salut (MPS) et l’armée contrôlent l’administration. De faux petits partis ‘alliés’, plus de cent, sont financés pour communiquer vers l’étranger. Idriss Déby a par ailleurs réussi à se faire adouber comme président de l’Union africaine.

Après plus de 25 ans de pouvoir, la population ne supporte plus Idriss Déby[21]. Il n’a jamais autorisé les manifestations, et a laissé a plusieurs reprises ces derniers mois l’armée tirer sur des manifestants. Le 23 février, la marche organisée par les partis politiques a été interdite et Idriss Déby a sorti dans les rues de Ndjaména la Garde nationale et nomade, alors que des dizaines de milliers de lycéens s’apprêtaient à rejoindre la marche. Le lendemain, la ‘ville morte’, synonyme de grève générale, organisée par le collectif Cà suffit ! a connu un succès visible, inédit. En outre, le président est malade et fait des allers-retours entre l’hôpital américain à Paris (Neuilly) et le Tchad, ce qui accentue le rejet d’un cinquième mandat. Une mascarade électorale de plus sera difficilement supportée. Pour la communauté internationale, le Tchad ne peut plus être considéré comme un réservoir de mercenaires silencieux.

Repost 0
Published by Evariste D. KONE - dans Opinions
commenter cet article
17 mars 2016 4 17 /03 /mars /2016 14:38
Humiliée au Tchad et accueillie en France, Zouhoura donne une conférence de Presse ce vendredi

Le 08 février 2015, Zara Mahamat Yosko, lycéenne tchadienne connue sous le nom de Zouhoura, a été enlevée à Ndjaména, par six jeunes dignitaires tchadiens dont l’un est le fils du Ministre des Affaires Etrangères du Tchad et les autres, des Généraux influents. Elle a été séquestrée puis violée par ces derniers qui avaient filmé la scène et posté sur les réseaux sociaux.

La séquence de cette vidéo, a été révélée au public et partagée sur Internet, ce qui a suscité une indignation générale dans le pays et à l’étranger. Des manifestations de soutien à la jeune femme ont été organisées en Afrique, en Europe et partout dans le monde pour réclamer justice et restauration de la dignité de Zouhoura.

Un mois après cet acte de viol, la jeune lycéenne, a interrompu ses études, a vécu terrée chez elle à Ndjaména.

Titulaire d’une carte de résidente française, Zouhoura, a regagné la France, le 14 mars 2015 pour de raison de sécurité et de protection. Elle témoignera devant les journalistes pour revenir sur les évènements et éclairer l’opinion publique française et internationale sur ce qui lui est arrivée.

D’autres victimes de viol au Tchad y prendront aussi la parole.

Cette conférence de presse aura lieu :

Le vendredi : 18 mars 2016

Heure : 15 heures

Adresse : 12 Rue Guy de la Brosse, 75005 Paris.

Métro : Jussieu (Ligne 7 et 10)

En vous remerciant d’avance, le comité d’organisation à Zouhoura et l’association française Regards de femmes, invitent à cette occasion, la presse nationale et internationale à prendre part à cette rencontre dont les enjeux sont liés à la protection et aux droits de la femme au Tchad.

Paris, le 15 mars 2016

Contact/presse

- 07 51 55 99 42

- 06 47 92 52 73

- 06 01 01 20 54

Makaila NGUEBLA, Journaliste -Blogueur /Militant des Droits de l'Homme / http://www.makaila.fr

Repost 0
Published by Evariste D. KONE - dans Opinions
commenter cet article
12 mars 2016 6 12 /03 /mars /2016 13:17
Le Tchad de Déby au bord de l’implosion

Signataires : Djibrine ASSALI, Timane ERDIMI, Bichara Idriss HAGGAR, Acheikh IBN-OUMAR, Mahamat NOURI-ALLATCHI, Abakar TOLLIMI/.

Après l’annonce de la candidature d’Idriss Déby à sa propre succession pour les présidentielles d’avril, l’opposition et la société civile tchadienne ont lancé un mouvement de contestation inédit dans le pays. Dans une tribune publiée par Mondafrique, plusieurs d’entre eux dénoncent les dérives répressives du régime en place depuis 25 ans.

Pendant que les partenaires africains et français du Tchad multiplient les éloges sur le leadership militaire continental du président Déby Itno, à l’intérieur du pays, ces dernières années, la situation n’a cessé de se dégrader, au point d’arriver au bord d’une grande implosion.

Plus que le viol en réunion de la lycéenne Zouhoura, le 8 février, par des fils de hauts dignitaires du régime, c’est la publication délibérée, sur le Net, d’images crues et cruelles, qui a profondément blessé l’ensemble de la société tchadienne, imprégnée de nobles traditions ancestrales africaines et de valeurs islamo-chrétiennes.

Ce qui était un fait divers, malgré son caractère particulièrement ignoble et révoltant, aurait pu rester un fait divers, avec un traitement judiciaire et social. Mais il est devenu un évènement national d’une ampleur exceptionnelle, avec des dérapages passionnels irresponsables, et des manifestations massives à l’extérieur et à l’intérieur, durement réprimées, causant des morts, dont deux autres lycéens Abachou Hassane Ousmane et Mahamat Molly Téteï, suivies de nouvelles protestations, selon un schéma cyclique bien connu. Certaines localités de province sont depuis quelques jours dans un véritable état de siège.

Il y a deux raisons à cette amplification tragique.

La première raison, c’est la désinvolture des tenants du pouvoir dans cette affaire, surtout les vociférations fascisantes du ministre de l’Intérieur, ressentie par la population comme un grand mépris et une volonté délibérée d’humilier la Nation en ce qu’elle a de plus sacré.

La seconde raison, c’est le contexte général, marqué par une exaspération chauffée à blanc, après un quart de siècle de monopole du pouvoir par le clan présidentiel et sa clientèle politique ; monopole du pouvoir marqué par la tribalisation de l’armée, le pillage de la manne pétrolière, les violations des droits de l’homme, l’infantilisation des élites, et l’arrogante impunité des proches du régime.

L’annonce d’une nouvelle candidature du général Déby Itno, pour un cinquième mandat, au terme duquel il pourrait y avoir une « limitation » à deux mandats supplémentaires « seulement », a définitivement fermé l’espoir d’une alternance démocratique pacifique. D’où le bras de fer en train de s’engager avec l’opposition parlementaire, empêchée manu militari de manifester, et avec la société civile, opposées à cette prolongation de la dictature.

Quand le régime de Khartoum avait fermé sa frontière aux mouvements politico-militaires tchadiens, en 2010, nous avions tenté d’expliquer aux pays frères et à la Communauté internationale, que la paix au Tchad ne viendrait pas par le démantèlement de l’opposition armée et la récupération individuelle de certains de ses dirigeants, par Soudan interposé, mais par un dialogue national inclusif.

La lutte armée n’est pas une cause mais un symptôme parmi tant d’autres, de l’obstruction du débat politique, surtout après la révision constitutionnelle de 2005, supprimant la limitation des mandats présidentiels.

La grave crise sociale et politique en train de se déployer actuellement, après une série de mouvements syndicaux et de conflits intercommunautaires, est une nouvelle confirmation de notre position.

Cette crise déjà marquée par des violences et des pertes en vies humaines, risque de s’élargir et replonger le pays dans un nouveau cycle d’instabilité, dans le contexte régional actuel, marqué par le développement tentaculaire de la nébuleuse terroriste.

Les causes profondes du mal-être national tchadien doivent être courageusement et franchement affrontées, afin d’y apporter des remèdes durables, compris et acceptés par tous.

Au delà des turpitudes des régimes successifs, et des déficiences des oppositions, dans lesquelles nous avons individuellement et collectivement une part indéniable de responsabilité, le premier déficit concerne le débat politique.

Il n’est pas trop tard pour organiser un véritable dialogue national inclusif, avec la participation de tous les acteurs concernés, et naturellement, l’aide irremplaçable de l’Union africaine, de l’Union européenne et des Nations-Unies.

Cela permettra de définir un nouveau cadre institutionnel, un nouveau « contrat national », et une réconciliation des cœurs et des esprits ; afin de remettre le Tchad sur les rails de la construction de l’Etat national, de l’enracinement démocratique, du développement économique et du progrès social. La contribution du Tchad à la lutte régionale contre le fléau terroriste, en sera aussi plus efficace, non seulement sur le plan militaire, mais aussi sur le plan de l’éradication des germes socio-politique de ce phénomène.

Le pouvoir en place, mais aussi les différentes oppositions, le mouvement citoyen et l’ensemble des forces vives, de même que les partenaires du Tchad, doivent chacun, en fonction de son rôle et ses moyens, se mettre à l’écoute des pulsions fondamentales de la société tchadienne, particulièrement les cris de colère de la jeunesse, et inscrire leurs réflexions et leurs actions, dans le sens de la nouvelle dynamique dont les contours se précisent de plus en plus clairement.

Les fuites en avant par des simulacres d’élections, l’instrumentalisation des différences ethniques et religieuses, la récupération des opposants et les investissements de prestige ruineux et porteurs de misère sociale, ne feront qu’approfondir le fossé entre le Pouvoir et l’ensemble de la société, et démultiplier les prochaines explosions.

Repost 0
Published by Evariste D. KONE - dans Opinions
commenter cet article